www.nphusa.org
Français    |   Belgique

Après le tremblement de terre, je ne pensais pas à retourner à l'école

C'est inquiétant de savoir que votre vie dépend des bananes.
janvier 18, 2011 - Haïti

Nolaise, heureuse d'être à l'école.
1/5


Nolaise, quinze ans, se souvient de sa tante revenant du marché, les fruits jaunes empilés au dessus de sa tête. "Si elle n'avait pas pu vendre assez de fruits, nous savions que nous n'aurions pas suffisamment à manger." dit-elle avec douceur. "Les dimanches, les haïtiens achètent toujours des bananes. Mais les autres jours...", ajoute-t-elle. "Parfois, nous devions attendre deux jours avant de pouvoir acheter de la nourriture."

Nolaise fait partie des 740 externes de l'école "Father Wasson Angels of Light" (Anges de Lumière du père Wasson). L'école a démarré le 4 octobre et se situe à proximité du camp de protection de l'enfant de St. Louis, à Tabarre. L'école accueille les enfants des foyers de St. Louis et de Ste. Anne et scolarise gratuitement les élèves des communautés environnantes ayant peu de ressources.

Pour quelques élèves, l'école leur permet de continuer les études qu'ils ont dû interrompre suite au séisme. Pour Nolaise, c'est "la première année scolaire de sa vie". Elle sourit et commence à parler avec animation. "A la mort de mon père, je suis allée vivre avec ma grand-mère. J'habitais à Jeremie," dit-elle, un village situé à l'extrême sud d'Haïti, à huit heures de route de la capitale.

"Ma grand-mère était trop vieille pour s'occuper de moi", ajoute-t-elle. "Elle m'a envoyé chez ma tante, à Port-au-Prince, dans une maison composée de trois pièces, pour neuf enfants. Que ce soit à Jeremie ou à Port-au-Prince, nous manquions d'argent. Je ne suis jamais allée à l'école. Nolaise embrasse l'école du regard et dit en souriant : "Je suis si heureuse ici ! Si heureuse d'être dans cette école ! Je peux apprendre de nouvelles choses et je sais que le fait d'être ici me garantit au moins un repas par jour."

Nolaise a dû commencer au CP, mais cela ne la décourage pas pour autant. "J'ai bon espoir !" proclame-t-elle. "Et je sais maintenant que je serai quelqu'un."

Témoignages d'autres élèves de FWAL ... "Je marche tous les jours pendant une heure pour aller à l'école de FWAL, et la circulation est dangereuse. Un jour, une voiture a percuté ma jambe. J'adore cette école car il y a tout. Là où je vis, ce n'est même pas une maison, c'est seulement un lit. Les propriétaires de la maison ne me nourrissent pas, si bien que la seule fois où je mange, c'est à l'école." Elsie, 15 ans.

"J'adore vraiment être ici car je suis avec tous mes amis. Après le séisme, je ne pensais pas pouvoir retourner à l'école, mais une fille avec qui j'habite m'a parlé de cette école. Ici, ils me fournissent un repas et les cours sont intéressants." Islande, 13 ans.

Ivy Kuperberg   
Agent d'information

 


 


 


Plus d'actualités
  • - juin 19, 2017
  • - mai 25, 2017
  • - avr. 1, 2017
  • - mar. 23, 2017
  • - fév. 22, 2017


Comment aider

 


 


Fondation Nos Petits Orphelins
Av. Heydenberglaan 45/5
1200 Brussels
Téléphone: +32-2-721-6461
Fax: +32-2-720-1851
E-mail: info@nph-belgium.org
Suivez-nous sur




 

Notre lettre d'information

Soutenez-nous

IBAN: BE74 431 7173381 07
BIC-code: KREDBEBB
Politique de confidentialité  |   Politique de confidentialité  |   Carte du site